L'émission

24 Nov 2017

Emission no68

1917-2017 : lire et comprendre la révolution russe

01:17:31

Au sommaire :
– l’édito 1917 de Julie
– entretien avec Olivier Besancenot et Nicolas V. Du NPA
– « jeune et convergent », la reprise de Clément
– Arno décrypte un « dramatique accident familial »
– le jeu à la con du Kamarade Rubiconovitch
– le bilan de Baz

Et pour aller plus loin sur la thématique de l’émission, quelques références de livres sur 1917 :

Les incontournables :
COQUIN François-Xavier, La Révolution russe, Que Sais-Je?, 1962, réédité par Les Bons Caractères, 2005. L’essentiel en moins de 150 pages, (bien) rédigé par un universitaire à la carrière aussi discrète que sérieuse.
TROTSKY Léon, Histoire de la révolution russe, 1930-1932, Points-Essais, deux tomes, plusieurs éditions, la dernière en 2017. Rédigée en exil en Turquie, en pleine bataille contre le stalinisme, cette fresque de 1250 pages reste un ouvrage incontournable pour vraiment comprendre en profondeur la révolution russe.
REED John, Dix jours qui ébranlèrent le monde, Réédité en livre de poche à l’été 2017, au même prix de 11 euros, à la fois par Gallimard-Le Temps Retrouvé, et par Le Seuil-Points (mais avec une préface qui aurait peut-être défrisé l’auteur !). L’édition poche antérieure, de 2012, par une maison d’édition belge Tribords d’inspiration maoïste-stalinienne, contient des notes totalement mensongères.
Journaliste américain engagé à l’extrême-gauche, John Reed devient communiste en témoignant pour ses lecteurs aux États-Unis des événements entre septembre et novembre 1917. Il reste en Russie quelques temps afin d’aider les bolcheviks dans leur lutte contre l’intervention étrangère, puis repart aux États-Unis fonder le PC américain. Son témoignage sur la révolution d’Octobre saisit à la fois ce qui se joue aux sommets du pouvoir et à la base dans les assemblées ou la rue.

Les dernières (re)publications intéressantes :
RABINOVITCH Alexander, Les bolcheviks prennent le pouvoir : la révolution de 1917 à Petrograd, La Fabrique, 28 euros.
MARIE Jean-Jacques, Les femmes dans la révolution russe, Seuil, 21 euros. Dernier opus (il a écrit d’autres livres, sur la guerre civile consécutive à la révolution d’octobre entre autres) d’un historien engagé à l’extrême-gauche, mais néanmoins auteur de référence sur le sujet.
BRYANT Louise, Six mois rouges en Russie, éd. Libertalia, 10 euros. Le témoignage méconnu de la compagne de John Reed, journaliste engagée elle aussi.
MIEVILLE China, Octobre : un récit de la révolution russe, éd. Amsterdam, 21 euros. Une reconstitution semi-fictionnelle de l’histoire par un auteur novateur de science-fiction.
AUNOBLE Eric, La Révolution russe, une histoire française. Lectures et représentations depuis 1917, La Fabrique éditions, 2016, 264 pages, 14 €. Ouvrage très intéressant sur la manière dont la révolution russe est considérée en France depuis un siècle.

Des romans :
JITKOV Boris, Victor Vavitch, Livre de poche. Un roman aussi long qu’époustouflant sur la révolution de 1905. A lire pour comprendre ce par quoi est passé une génération de révolutionnaires.
BABEL Isaac, Cavalerie rouge, éd Folio : recueil de nouvelles par un militant engagé dans l’Armée rouge, tableau sans concessions de la Russie en proie à la guerre civile.

Biographies de révolutionnaires :
MARIE Jean-Jacques, Lénine, La révolution permanente, Éditions Payot & Rivages, Paris, 2011.
MARIE Jean-Jacques, Trotsky, Révolutionnaire sans frontières, Payot & Rivages, Paris, 2006.
FIGNER Véra, Mémoires d’une révolutionnaire, Le Temps retrouvé, Mercure de France, 2017.
TROTSKY Léon, Ma vie, 1929, rééditions récentes en Gallimard-Folio.

Pour creuser le sujet :
LENINE Vladimir, entre autres textes : Lettres de loin, Thèses d’Avril, mais surtout l’État et la révolution, et La catastrophe imminente et les moyens de la conjurer. Accessibles sur le site www.marxists.org/francais
TROTSKI Léon, entre autres textes, Leçons d’Octobre, 1924, réédité par Les Bons caractères en 2015, également L’avènement du bolchevisme, édité par Maspero dans les années 1970. Sont aussi sur www.marxists.org/francais.
LUXEMBURG Rosa, La révolution russe, réédité par La Découverte dans les années 2000, accessible aussi sur www.marxists.org/francais.
VOLINE, La révolution inconnue (3 tomes 1905-1921) : l’auteur de référence du courant libertaire, partisan de la révolution, mais critique du pouvoir bolchevik dès ses premiers pas.
ROSMER Alfred, Moscou sous Lénine, les origines du communisme (préface d’Albert Camus), Les Bons caractères, 2009.
SERGE Victor : Destin d’une révolution, Mémoires d’un révolutionnaire et autres écrits politiques, Éditions Robert Laffont S.A., Paris, 2001 ; L’An I de la révolution russe. Les débuts de la dictature du prolétariat (1917-1918), 1930. Petite collection Maspero, 1976 ;
Victor Serge a par ailleurs écrit des romans : Naissance de notre Force ; Ville conquise, Climats-Flammarion, 2011 ; S’il est minuit dans le siècle ; L’affaire Toulaev, Seuil, Zones/La Découverte, Paris, 2009.
BROUÉ Pierre, Le Parti bolchévique, Histoire du PC de l’URSS, Éditions de Minuit, Paris, 1963-1971.

Les auteurs qu’on n’est pas obligé de lire :
-Hélène Carrère d’Encausse : descendante d’aristocrates russes, son ouvrage prophétisant la chute de l’urss avant bien des « kremlinologues » autorisés lui a assuré la notoriété. Sa biographie de Lénine est plus que discutable. Et toute son œuvre se lit au prisme d’une défiance fondamentale envers les luttes des pauvres.
-Nicolas Werth et Stéphane Courtois : les architectes du livre noir du communisme. Avec toutefois une nuance : Werth est capable de travailler des sources authentiques, tandis que Courtois donne surtout libre cours à sa haine du communisme. Werth s’est d’ailleurs en partie désolidarisé du Livre noir après sa publication.
-Alexandre Sumpf : le moins non recommandable de la liste. C’est l’historien en vue du moment sur la révolution russe. Il lui est franchement hostile. Il est plus sérieux que les trois précédents et apprend des choses utiles à ses lecteurs, mais ceux que nous recommandons font largement mieux.