L'émission

1 Jan 2018

Emission no24

Jean-Luc Le Ténia

43:06

« Jean-Luc Le Ténia est réellement un ver solitaire. Anthropophage, il a commencé par dévorer le sang de sa mère lorsqu’il était fœtus, puis son lait humain lorsqu’il était bébé.
Une fois sevré, il ne put se contenter des cadavres animaux et végétaux que ses parents mirent dans son assiette. Il décida donc de continuer à manger de l’homme.
Bien entendu, la chair humaine, vulgaire et peu satisfaisante, ne l’attira pas.
Il préféra se nourrir du propre de l’homme : ses mots, ses sentiments, ses lâchetés, ses faiblesses, ses désirs, les détails de sa vie quotidienne.
Mais que fait quelqu’un qui se nourrit ? Il digère. Et qu’est-ce que la digestion ? La transformation de matière brute en matière sophistiquée.
En clair : l’amour, les filles, les téléfilms d’Arte, les cotons-tiges deviennent Jean-Luc Le Ténia.
[…] Certains constatent que des phrases de ses chansons sont quelques fois répétées jusqu’à l’usure. C’est la preuve que le ténia mastique jusqu’à la disparition du goût.
D’autres ressentent un goût d’enfance dans ses chansons. Mais rappelons que l’enfance d’un ver solitaire est faite de cannibalisme.
D’autres encore trouvent de la poésie dans ses rimes. Méfions-nous. Cela prouve qu’il a du goût. »

Jean-Luc Coudray

Jean-Luc Le Ténia était, et reste encore, un OVNI musical tout droit envoyé du Mans. Plus de 6 ans après sa disparition, ses chansons, telles des graines semées à l’aveugle, commencent à germer. Il laisse un héritage discret mais reconnaissable parmi dix mille. On lui devait bien une émission.

Les bonus

Son site internet : http://teniadiary.fr

Une petite sélection de ses chansons :

 

Un petit documentaire bien foutu :

 

Le quart d’heure warholien de Jean-Luc Le Ténia (quelque part entre happening et suicide médiatique, mais rien que pour les têtes déconfites de Bern et Montiel, ça vaut le coup) :

 

François Tarot qui le reprend en 2011 :

 

Ibn Al Rabin qui le reprend aussi en interview :

 

Thomas de Pourquery qui chante lui aussi du Jean-Luc Le Ténia, mais ce coup-ci en concert (Jean-Luc Le Ténia Songbook, 2014) :

 

Un clip de Gontard! d’une reprise de Jean-Luc Le Ténia :

 

 

Et par ici des adresses bien sympathiques :

Les albums de François Tarot (encore merci pour ton morceau),
Ceux de Gontard!,
Ceux d’Ibn Al Rabin,
Ceux de Trotski Nautique et leur Mausolée Tape 2,
Ceux de La Peste,
Oh, et puis cette reprise de PeKaNo que je n’ai pas eu le temps de vous passer.

Ah oui, j’oubliais, en 2017, Conspiration éditions publiait le journal intime de Jean-Luc Le Ténia.