Coupure de la diffusion FM du 27 décembre au 13 janvier

ATTENTION INFO :

Afin de respecter la demande du CSA, la diffusion en Fm sur le 92.3 à Caen sera stoppée du 27 décembre 2018 au 13 janvier 2019 inclus.

Les programmes continueront normalement sur internet (www.radiobazarnaom.com)

Chères radionautes,

Aujourd’hui, jeudi 27 décembre 2018, notre chère radio libre a du interrompre, pour trois longues semaines, sur ordre du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) sa diffusion sur le 92.3 Fm !

Bien-sûr notre présence sur le web demeure et c’est tant mieux.

Évidement, ce put être pire. Concernant notre 8eme saison en fréquence temporaire, le Comité Territorial de l’Audiovisuel (CTA) de Caen avait envisagé, ou plusieurs, ou une coupure plus longue.

Merci donc, à monsieur Potard notre chef d’antenne bien-aimé, ainsi qu’à madame la présidente du BazarnaOm Cendres Delort d’avoir si bien défendu la cause de notre petite radio, ramenant à <seulement> trois semaines, la période durant laquelle radio BazarnaOm perd son autorisation d’émettre sur la Fm, en véritable radio libre.

La radio BazarnaOm existe depuis bientôt vingt ans. Elle est présente sur le web depuis l’an 2000.

Dans notre jeunesse radiophonique nous avons utilisé de nombreuses fois le droit d’émettre sur la Fm de façon temporaire, en de courtes périodes de quelques jours.

Depuis 2010, le CSA autorisait la radio BazarnaOm à utiliser la fréquence 92.3 durant neuf mois consécutifs, sans interruption, en toute liberté. Avec une puissance d’émetteur de 50 Watt nous sommes une radio Fm à portée super-locale comparativement à sa version web-radio. Nous sommes une radio de quartier écoutable dans le monde entier. Pendant trois semaines cette coupure va nous faire perdre notre dimension <radio de proximité>.

Nous perdons le droit d’utiliser un outil simple de communication. La modulation de fréquence c’est un peu l’AMAP du son radiophonique. Directement de l’émetteur au récepteur. Pas d’intermédiaire ! Seulement deux antennes ; la notre et la votre. Et Hop ! Au travers des éthers, par les nuages on peut envoyer à qui veut en prendre, de la musique et de la parole, dans la p’tite radio de madame Toulemonde, dans l’auto-radio de monsieur Quidam.

De la musique choisie librement, motivé par le plaisir de partager la beauté, de célébrer le chant, le rythme dans les déclinaisons les plus variées possibles.

De la parole sous toutes ses formes. Écrite, improvisée, sincère. Une modeste tentative de parer aux maux de l’adversité par les mots de l’esprit, ceux de la poésie.

Radio BazarnaOm veut donner la parole à l’intelligence, aux engagées, aux enragées, aux éveillées, aux allumées.

Durant les trois semaines d’interruption en Fm, ce n’est <que> cela que nous n’aurons plus le droit de faire.

La raison, invoquée par le CSA, via son antenne (encore une) locale, le CTA de Caen en est toute simple. Les textes, les lois régissant les autorisations d’émettre de façon temporaire imposent des ruptures séquentielles aux radios qui comme nous utilisons à plein (neuf mois) une telle permission. Et ce depuis, huit années consécutives !

Temporaire, d’accord ! Mais faut pas en abuser, semble vouloir nous dire l’État par la bouche de ses serviteurs zélés, que constituent les membres du comité territorial de l’audiovisuel de Caen.

Radio BazarnaOm attend en vain, depuis 7 ans l’obtention d’une fréquence à usage permanent.

Hélas ! La bande Fm est saturée nous dit-on. Plus de place pour installer durablement notre petite radio de quartier. Même avec de si louables et impeccables états de service.

De surcroît, les hautes instances de la radio diffusion veulent, comme ce fut le cas pour la télévision, changer de système de diffusion. Toutes les radios (même les libres) devront émettre selon le nouveau procédé dit de <RNT> (Radio Numérique Terrestre.)

Pour continuer à faire de la radio (même libre), nous devrons bientôt changer notre type d’émetteur (avec sans doute un abonnement payant pour le droit d’émettre) tandis que vous, auditrices, auditeurs pour continuer à écouter de la radio (même libre) vous devrez acheter de nouveaux récepteurs. (quid pour l’autoradio ?). Nul doute qu’il y ait de la maille à se faire…enfin pour certains !

Pour l’heure nous sommes obligés de nous plier à une injuste décision reposant sur de maigres arguments, ne tenant pas du tout compte de l’histoire de notre vaillante radio BazarnaOm, autant que de son inscription dans le paysage caennais.

Le 9 novembre 1981, la loi n°81-994 autorisait les radios locales à émettre librement sur la bande Fm. Depuis ces temps reculés beaucoup de ces <petites> radios ont disparu. A l’image des enseignes commerciales à l’entrée de nos villes de n’importe où, l’offre des radios Fm ressemble aux alentours tristes et vulgaires de n’importe quelle ZAC. Les radios publicitaires ont pris le pas sur les radios libertaires. L’éclectisme fait place à une normalisation de plus dans notre espace public.

Chères radionautes, souhaitons qu’au long de ces trois semaines, l’omnipotent Google veuille bien diffuser la suite de nos programmes. Trois semaines de perte de liberté sur les ondes Hertziennes censées nous appartenir. Trois semaines durant lesquelles radio BazarnaOm ne visitera plus le vieux transistor posé dans l’atelier entre les pneus et les clefs à molette, pendant que vous changez l’alternateur de votre bagnole. Trois semaines où Nicole et Jean-Michel, qui n’ont ni connexion internet, ni téléphone Android, ne pourront pas entendre les programmes que nous aimons fabriquer gratoche, que nous jubilons d’offrir, juste pour créer du lien humain !

Aujourd’hui, jeudi 27 décembre 2018, la radio BazarnaOm, comme le serait un sapin déconfit, a un peu les boules qui pendent.

Encore un peu de liberté qui s’étiole. s’agirait pas de s’y habituer !

Aussi, chères radionautes, si vous le souhaitez nous vous proposons d’écrire au CTA de Caen, dont voici les multiples adresses :

Adresse postale/ CTA (antenne CSA de Caen) 15 rue St Ouen 14000 Caen

mail / cta.caen@csa.fr

Tweet / @CTACaen

Dans ce courrier, ne manquez pas, par exemple, d’indiquer en quoi cette coupure vient chambouler votre quotidien. Éventuellement, vous pourrez aussi demander aux membres du CTA de Caen, leur état d’esprit, apprenant que le conseil d’État venait d’approuver l’autorisation d’émettre à nouveau à radio courtoisie sur sa fréquence de Caen, entre autre. (voir article Ouest-France du 18/12/18)

Pas de sanction pour radio facho en revanche trois semaines de coupure pour nous…curieuse répartition de la liberté d’expression. En tout cas, cohérence totale avec une époque privilégiant les idées nocives.

Nous conseillerons, sans haine, ni violence, au digne aréopage du CTA de Caen, qui valide l’indigne coupure émanant des hautes sphères et qui nous frappe le cœur, la lecture du poète Étienne de la Boétie :

<soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres>

VIVE LA RADIO LIBRE et VIVE LA TRANSE … collective !

Louise Mitchell